Grand Pressigny

Arts Scéniques & Vieilles Dentelles – Festival 2017 (site officiel)

Lauriane Renaud change de formule

leave a comment »

 Le Festival de théâtre du Grand Pressigny change de formule en 2017.

Le festival du Grand Pressigny avait jusqu’ici été organisé autour d’un projet unique. Au départ, il était entièrement conçu par les villageois. Un metteur en scène de Tours vint ensuite y apporter son talent, le grand metteur en scène andalous José Manuel Cano Lopez.

Lauriane Renaud, lui a succédé autour des années  2012. La manifestation était centrée autour de ses créations.

Elle avait surtout profité d’une affaire judiciaire dans laquelle elle avait pris fait et cause pour le parti du plus fort. Elle n’a aujourd’hui, semble-t-il, pas décidé de se remettre en question. Mais, la fatigue aidant, nous gardons bon espoir.

Cette année, elle décide de prendre du recul. Officiellement, la raison invoquée, est le besoin d’une pause créative.

On peut supposer une autre raison à ce repli de la metteur en scène: son comportement exemplaire dans l’affaire judiciaire qui a secoué le village. En juin dernier, l’avocate Brunehilde Poitevin m’a promis un procès en diffamation. Lauriane s’attendait donc à certains remous.

On peut donc supposer que, soucieuse de ses subventions et de sa réputation, elle a préféré s’effacer pour laisser passer l’orage. D’autant que l’affaire Antigone a certainement dû faire bouger les paramètres de ses conceptions littéraires assez consensuelles, c’est le moins qu’on puisse dire.

Je précise que ce n’est qu’une supposition. Lauriane Renaud ne répond jamais à mes mails, et m’exclut systématiquement de ses réseaux sociaux et blog. Qu’elle sache néanmoins que ce blog lui est ouvert.

En attendant, l’avocate Brunehilde Poitevin ne s’est plus manifestée. C’est tant mieux, elle aura au moins permis au festival de s’ouvrir, pour la première fois de sa vie, à d’autres troupes et peut-être même au théâtre pour enfant.

Quand à Antigone, elle commence à ouvrir les yeux et a décidé, cette année, de prendre ses distance.

Si madame Renaud me communique des informations complémentaires, ne ne manquerai pas de vous en faire part.

Written by Pierre-Henri Murcia

22 février 2017 at 10:25

La religion est la matrice de la laïcité

leave a comment »

La religion n’est pas le contraire de la laïcité, c’est la matrice de la laïcité. Voilà une affirmation qui n’est pas standard. Qu’est-ce qu’une affirmation standard? C’est une affirmation qui n’a pas besoin qu’on réfléchisse. Une affirmation qu’on peut faire avec aplomb à la télévision, sans risquer d’être contredit. Comme une prise de téléphone qu’on pourrait brancher dans tous les pays du monde sans difficulté, qui ne serait même pas une idée tant elle ressemblerait à un ouvre-boîte ou un tourne-vis, ou tout autre objet industriel. En revanche, voici une idée non-standard: La religion n’est pas le contraire de la laïcité, c’est la matrice de la laïcité. Voilà une idée qui ne se branchera pas automatiquement dans l’esprit des télé-spectateurs. Il faudra du temps. Il faudra faire des efforts. C’est ce qui fera la différence entre la pensée standard, pré-digérée, pré-montée, et la pensée non standard. Elle vous prendra du temps et vous demandera un effort. Mais si la proposition vous intéresse, vous pouvez cliquer ICI.

Written by Pierre-Henri Murcia

16 novembre 2016 at 2:20

Publié dans Economie Divine

Tagged with

Antigone contre la tyrannie?

leave a comment »

Dans l’émotion des attentats de Nice, Lauriane Renaud déclare:

« Les répétitions s’enchaînent. Notre façon à nous de ne pas céder au désespoir, de continuer de hurler le non d’Antigone à toutes les tyrannies de l’humanité. »

L’organisatrice du festival du Grand Pressigny veut faire un symbole de Liberté. Antigone est celle qui peut dire « non » au tyran. Mais, face à quelle oppression?

En prenant Antigone pour un symbole de la liberté Lauriane Renaud fait le parallèle entre la Thèbes antique et la situation de notre pays. C’est une bonne idée. Pour y contribuer je souhaite ajouter ce que, selon moi, Antigone dirait de la violence inouïe dont nous sommes les contemporains. Cette violence est inouïe parce qu’elle semble échapper à notre compréhension. A son sujet, on entend le tout et son contraire.liberez antigone

Revenons à Antigone. Pourquoi dit-elle « non » à Créon. En quoi consiste la tyrannie de Créon? Quel est ce « non » que nous devons imiter? A qui s’adresserait-il aujourd’hui? C’est simple. Antigone refuse de se soumettre à la cuisine politique du roi de Thèbes.

Etéocle et Polynice se sont battu à mort. Créon veut faire du premier un héros glorieux. Etéocle aura la fanfare et le monument. Les historiens de l’époque diront sa valeur et ses hauts faits. Au contraire, Polynice pourrira dans le fossé, sans sépulture, comme un chat écrasé. Les médias de l’époque diront que c’est un traitre, un monstre. Lire la suite »

Written by Pierre-Henri Murcia

20 juillet 2016 at 1:06

Brunehilde Poitevin: mon avocat au service de Lauriane Renaud

leave a comment »

Brunehilde Poitevin est avocat au barreau de Tours, censée me défendre, et donc défendre la petite Antigone. Elle menace à présent de mettre tout son art au service de Lauriane Renaud, Prêtresse des Érinyes et de la Compagnie Irulaane. La tâche ne sera pas facile. Il s’agira de faire oublier que le centre de l’affaire, c’est la petite Antigone. Il faudra beaucoup d’art et de métier à mon avocat pour brouiller les pistes, comme toujours.

1 – Un troisième procès en vue

La Compagnie Irulaane peut se réjouir. Autrefois, pour me poursuivre en justice, elle se cachait derrière le Grand Prêtre Tirésias, le médecin du village, celui qu’on appelle Alan Poquet, un homme fort, fier, courageux, un esprit gaulois. Cette fois, la Prêtresse pourra compter sur mon propre avocat. Comme d’habitude, on cherchera à vous abuser. On nourrira votre crédulité de toutes sortes de rumeurs. Fiez-vous à mon récit. C’est d’Antigone qu’il s’agit en vérité, mes juges et mes accusateurs le savent bien. C’est d’elle qu’il sera question, encore et toujours, et on peut déjà anticiper sur la méthode, toujours la même, de mon avocat.oedipe antigone

Brunehilde Poitevin essaiera de nous faire croire que j’écris pour offenser son honneur. Elle affirmera que j’ai de l’animosité envers elle, et d’ailleurs, envers tout le monde. Il s’agira de faire oublier Antigone, bien entendu, et surtout, oublier qu’elle aurait du la défendre et qu’elle n’a pas fait son boulot. Lire la suite »

Written by Pierre-Henri Murcia

12 juin 2016 at 11:59

Publié dans Affaire Hiks

Tagged with , ,

Dernières nouvelles d’Orléans

with 2 comments

Le comptable du Trésor public d’Orléans semble m’avoir oublié. Vous vous souvenez de la lettre que je lui ai adressée il y a aujourd’hui un mois (lire la lettre). J’avais également écrit au Président de la Cour d’appel d’Orléans, François Pion, ancien conseiller de Christiane Taubira (lire la lettre), le grand chef des juges dans la région.

Pognon 3 Vérité 0

Ces gens me réclamaient de l’argent. Cette fois ils étaient sur le point de se servir sur mon compte. Pourquoi? Parce que quand Tirésias, le médecin du Grand Pressigny, a porté plainte contre moi pour la seconde fois, le Parquet a voulu mettre sa petite touche. Pourquoi? Parce que selon que tu seras puissant ou misérable… Vous connaissez la fable.

Donc, je n’ai jamais caché à ces gens ce que je pense de la qualité philosophique et littéraire de leur production. Factuellement, intellectuellement malhonnête. Et je leur avais dit que, s’ils continuaient à vouloir me faire payer leur production littéraire, j’en ferais le commentaire publiquement.

C’est toujours un plaisir de renouer avec la littérature. J’espère que mon blog vous plait. En attendant, je n’ai pas de nouvelles du comptable, et non plus du Président. On-t-ils enterré la dette? S’il l’ont fait, ils ne m’ont rien dit. Enfin… c’était les dernières nouvelles. Merci de votre intérêt. Je vous tiens au courant de la suite, comme d’habitude.

Written by Pierre-Henri Murcia

28 mai 2016 at 3:47

Publié dans Affaire Hiks

Tagged with ,

Qui a tué Œdipe? A-t-il percé le secret de la foule?

with 2 comments

Cette année, le festival du Grand Pressigny raconte le mythe à la manière d’un polar. Nous ne pouvons pas dire si la compagnie d’Irulaane enquêtera sur la mort d’Œdipe, le roi de Thèbes, ou celle de sa fille, Antigone. Penchons-nous sur celle du père. Nous verrons que ce dernier ayant sans doute percé le secret de la foule, Thèbes a certainement eu tout à craindre du jugement d’Antigone, héritière de son savoir.

Œdipe comme nous le raconte le mythe

Rappelons en deux mots l’histoire : un oracle prédit au roi de Thèbes, Laïos, que s’il a un fils, celui-ci tuera son père et épousera sa mère, Jocaste. Quand Œdipe naît, Laïos l’abandonne. Mais des bergers le recueillent et le portent au roi de Corinthe, Polybe, qui l’élève. Adulte, Œdipe consulte l’oracle de Delphes qui lui conseille de ne pas retourner dans son pays s’il ne veut pas tuer son père et épouser sa mère. Il se dirige donc vers la Béotie, mais à un carrefour, il tue un vieillard, qui se révèle être son père. Plus tard, pour avoir débarrassé la ville de Thèbes du Sphinx (en résolvant l’énigme), on le fait roi, de sorte qu’il épouse sa mère, Jocaste, à son insu. Une peste s’abat sur la ville. La Pythie annonce que la maladie persistera tant que le meurtrier de Laïos ne se sera pas dénoncé. Œdipe mène l’enquête lui-même et découvre, horrifié, qu’il est le coupable. Pour se punir de son aveuglement, Œdipe se crève les yeux ; on le chasse de Thèbes.

theatre grand pressigny festival acteurs

Et si Œdipe avait percé le secret de la foule?

Le festival menacé par un monstre

Le Sphinx. Une créature malveillante avec laquelle on ne peut pas parler, car elle n’a rien d’humain. Si nous sommes dans la crise jusqu’au cou, c’est à cause d’elle. Si nous n’y prenons garde, si nous ne serrons pas les rangs, elle tuera nos nouveaux venus les uns après les autres, elle tuera notre Culture. Alors, que ferons-nous sans Molière, et sans Sophocle? Les pères, les fils iront chercher l’Esprit ailleurs, dans les bas-fonds avec les filles, tandis que leurs épouses rêveront de bijoux et de belle vie cosmopolite. Lire la suite »

Written by Pierre-Henri Murcia

21 mai 2016 at 8:35

La Compagnie Irulaane ex-Côté Jardin et la presse

with 6 comments

2 – L’affaire du médecin empoisonneur

Le 13 juin 2011, Michel Embareck publie un article normal dans le journal Libération. C’est un article banal, orienté, comme tous les articles, partial, pas très soucieux d’approfondir, très approximatif. Son titre, Fini la Comédie, est en soi tout un programme. C’est du journalisme ordinaire. Pas de quoi fouetter un chat. Seulement, cette fois, c’est le festival du Grand Pressigny qui est visé. L’article, en ligne, est donc tombé comme une météorite sur les membres de la Compagnie Irulaane, ex-Côté Jardin.

François Nicolas Joannès Maire Grand Pressigny

Et vous, Christophe Roux, que ferez-vous?

Fini la Comédie. En apparence, on pouvait croire à un jeu de mot facile. La Compagnie Irulaane voulait son théâtre au Grand Pressigny, un très bon projet, porté à bout de bras par le maire de l’époque, François Nicolas Joannès. Clotaire, comme l’appellent ses intimes. On voit bien que c’est un homme gentil, qui aime jouer la comédie et qui ose parier sur des idées qui paraissent un peu utopiques. Pour une fois qu’on avait des gens capables de ne pas tout ramener à des questions d’argent! Or, cette comédie joyeuse avait pris fin avec une autre partie, une sinistre querelle politique – et surtout personnelle. Lire la suite »